Tracer des frontières à Djibouti

Hommes et territoires aux XIXe et XXe siècles - Corpus de textes


24 janvier 1900 - Protocole de délimitation des possessions franco-italiennes
Les Gouvernements d'Italie et de France ayant convenu de procéder à la delimitation mutuelle de leurs possessions dans la region côtiere de la Mer Rouge et du golfe d'Aden, les soussignés, dûment autorisés a cet effet, ont stipulé ce qui suit:
Art. 1. Les possessions italiennes et les possessions françaises sur la côte de la Mer Rouge sont séparées par une ligne ayant son point de départ à l'extrémité du ras Doumeirah, suivant la ligne de partage des eaux du promontoire de ce nom, et se prolongeant ensuite dans la direction du sud-ouest, pour atteindre, après un parcours d'environ soixante kilomètres depuis ras Doumeirah, un point à fixer d'après les données suivantes:
Apres avoir pris comme point de repère, sur une ligne suivant, à environ soixante kilomètres d'écart, la direction générale de la côte de la Mer Rouge, le point équidistant du littoral italien d'Assab et du littoral français de Tadjourah, on fixera, comme point extrême de la ligne de démarcation dont il est question ci-dessus, un point à nord-ouest du point de repère, à une distance de 15 à 20 kilomètres. Le point extrême et la direction de la ligne de démarcation devront, en tout état, laisser du côté italien les routes caravanières se dirigeant de la côte d'Assab vers l'Aussa.
Art. 2. Des Commissaires spéciaux, delégués à cet effet par les deux Gouvemements, procéderont sur les lieux, d'après les données à l'article précédent, à une démarcation effective. En prenant pour point de départ de la frontière le ras Doumeirah, et en déterminant le tracé de cette frontière, ils feront en sorte que le point extrême de la ligne puisse être facilernent identifié par le choix d'un mamelon, d'un rocher ou d'un autre accident de terrain.
Art. 3. Les deux Gouvernements se réservent le droit de régler plus tard la situation de l'ile Doumeirah et des îlôts sans noms adjacents à cette île. En attendant ils s'engagent à ne pas les occuper, et à s'opposer, le cas échéant, à toute tentative, de la part d'une tierce puissance, de s'y arroger des droits quelconques.
En foi de quoi, le présent Protocole a été signé en double exemplaire.
Fait à Rome, ce 24 janvier I900.

Visconti Venosta, Ministre des Affaires Etrangères de S. M. le Roi d'Italie
Camille Barrère, Ambassadeur de France
Référence ASMAI 10/2-8 et 179/7-57; ANOM 2E2
Pour citer ce document djibouti.frontafrique.org/?doc88, mis en ligne le 5 novembre 2010, dernière modification le 30 décembre 2012, consulté le 23 septembre 2017.

Valid XHTML 1.0 Transitional   CSS Valide !