Tracer des frontières à Djibouti

Hommes et territoires aux XIXe et XXe siècles - Corpus de textes


1er septembre 1890 - Déclaration des chefs danakils
Reconnaissance du protectorat français par les chefs danakils indépendants
Traduction

Nous qui avons apposé nos noms et nos cachets ci-dessous, déclarons, sur notre parole la plus noble, que nous n’avons au-dessus de nous personne qui nous commande si ce n’est Dieu qui est au-dessus de tout. Celui qui prétend que les tribus Debeneh, Uémas sont sous son commandement fait un mensonge à Dieu; de plus nos sultans sont connus et sont indépendants depuis douze générations.
Celui qui prétend le contraire c’est le cheik des cheiks des Moudaitos-do, il n’a jamais eu de pouvoir sur nous depuis nos aïeux.
Nous avons rédigé cette pièce pour faire connaître à tout le monde l’éclatante et claire vérité sans contrainte ni force et cela de notre propre consentement.
Que le gouvernement français nous protège et protège nos limites contre les étrangers qui empièteraient sur nos droits.

Signatures de
cheik Hassen
Kamel Rebli
cheik Daoud
Adam Gue[?]ekle
Said Kaida
Cheik Mohamed ben Ahmed
Morgan Ahdoua, cheik aderassou,
cheik Akouan,
Ohehim Seddik, notable
Omar Ali
Aouad …
Ahmed ben Mohamed
Mohamed Abdelkader
Bourhan ben Ahmed,
Abou-bekr Ahmed
cadi de Tadjoura et son cachet
Mohamed Yousouf Mhamou
Mohamed Hibrahim
vizir de Tadjoura et son cachet
Al-Hady Hibrahim Beik
Abou-Bekr et son cachet
Homed ben Mohamed
sultan de Tadjoura et son cachet
cachet de Homed Loita
C'est une copie.
Référence MAE Traités. Éthiopie 18900020
Pour citer ce document djibouti.frontafrique.org/?doc54, mis en ligne le 20 octobre 2010, dernière modification le 5 septembre 2011, consulté le 16 décembre 2017.

Valid XHTML 1.0 Transitional   CSS Valide !