Tracer des frontières à Djibouti

Hommes et territoires aux XIXe et XXe siècles - Corpus de textes


1890 - Déclaration relative au protectorat de la France sur le pays de Errer
Déclaration de protectorat faite et signée par le Cheik des Cheiks de Errer (traduction)

Moi Betea, fils de Ai Ouais, cheik des cheiks de Errer de père en fils, déclare, sur ma parole la plus noble, que mon pays est indépendant et relève de notre auorité de père en fils à titre héréditaire. Personne n’a de pouvoir sur nous si ce n’est Dieu qui est au-dessus de tout le monde. A ma connaissance, mon pays était autrefois amis du glorieux gouvernement français et sous sa protection, et cela depuis l’époque du passage à Erer (sic) de M. Rocher d’Héricourt qui a conclu un arrangeent avec mon grand aïeul Hakaiou.
Actuellement, je demande à ce que cette amitiés continue à exister entre nous et je désire que mon pays reste sous la protection de la France à l’exclusion d’un autre gouvernement. Moi, le premier, je ferai le nécesaire pour seconder le gouvernement français, et après moi mes héritiers.
Je demande l’assistance de la France toutes les fois qu’il y aura nécessité.

Signature du Cheik des Cheiks de Erer, Betea Ali, et trois empreintes de son cachet.

Témoins :
Signature de Hibrahim Abou-Beker et son cachet
Cachet du cadi de Tadjourah
Signature de Bourhane Abou-Beker
Signature de Hassan Baha Bila, cadi d’Obock
Ce n'est qu'une copie.
Référence MAE Traités. Éthiopie 18900018
Pour citer ce document djibouti.frontafrique.org/?doc50, mis en ligne le 20 octobre 2010, dernière modification le 20 octobre 2010, consulté le 26 juin 2017.

Valid XHTML 1.0 Transitional   CSS Valide !