Tracer des frontières à Djibouti

Hommes et territoires aux XIXe et XXe siècles - Corpus de textes


14 octobre 1886 - Lettre de Menelik à propos du lac ’Assal
Envoyée par le negus Menelik au commandant d’Obock.
Comment vas-tu ? Moi, Dieu merci, je suis bien.
J’ai entendu dire que le gouvernement de la République française (ferancis) avait acheté le lac (mer) salé qui est dans ma terre (rest) de l’Awsa dont le gouverneur est Muhämäd Änfäri, et que vous avez ordonné de le prendre. Ces mots m’ont causé un grand problème, je n’en comprends pas la raison. Ce gouvernement que je crois mon ami vient prendre mon pays sans raison et me poser un problème. Que Dieu fasse que cette rumeur soit erronée. Il me semble qu’elle n’est pas vraie, juste une ruse pour que nous nous querellions. Je t’envoie cette lettre pour que tu me confirme l’amitié entre le gouvernement français et moi.
(Traduction SIV)
የተላከ ከንጉሥ ምኒልክ ይድረስ ከዖቦክ ኮማንደር
እንዴት አለህ እኔ እግዚአብሔር ይመስገን ደህና ነኝ።
የፈረንሲስ ረፑብሊክ መንግስት ርስት በሙሐመድ ሐንፈሪ በአውሳው ገዥ ውስጥ ያለውን የጨውን ባሕር ገዝተነዋልና ያዙ ብለው አዘዙ የሚሉ ወሬ ሰማሁ።
ይህ ወሬ እጅግ ቸገረኝ ፍቺውንም አጣሁት ስለምን ትለኝ እንደሆን ወዳጄ ነው ያልሁት መንግሥት አገሬን አለብልሀት መጥቶ መያዙ ቢቸግረኝ ነው ሲሆን ይህነን ወሬ እግዚአብሔር ሀሰት ያድርገው እኔን የሚመስለኝ በተንኮል ለማጣላት የተወራ ወሬ ይመስለኛል እንጂ እውነት አይመስለኝም። አሁንም በኔና በፈረንሲስ መንግስት ማህል ስላለው ፍቅር እውነተኛውን ወሬ እንድትልክብኝ ይህን ደብዳቤ ልኬልሀለሁ በጥቅምት በ፬ቀን በዘመነ ሉቃስ በ፲፰፻፸፱ ዓመተ ምሕረት

፤ሞዓ አንቢሳ ዘ እም ነገደ ይሁዳ ምኒለክ ንጉሠ ሸዋ
Traduction jointe à la lettre :
Lettre du Roi Menilek, adressée à Monsieur le Commandant d’Obock.
Comment allez-vous ? Moi, grâce à Dieu, je me porte bien.
J’ai appris que le Gouvernement de la République Française a donné l’ordre de mettre la main sur le lac salé qui est mon héritage et qui se trouve dans l’intérieur d’Aoussa, province administrée par Gouverneur Mohammed Hanfari, en disant qu’il a acheté le lac en question.
Cette nouvelle m’a mis dans un grand embarras, et je n’ai trouvé personne qui puisse me l’expliquer. Si vous m’en demandez la cause, c’est que le Gouvernement que je tiens pour ami me créé une situation embarrassante en venant mettre la main sans motif sur mon pays. Qu’il plaise à Dieu que ladite nouvelle soit fausse si c’est possible.
Quand à moi, je crois que l’on a inventé cette nouvelle exprès pour mettre méchamment la discorde entre nous, et il ne me semble point qu’elle soit exacte.
Je vous envoie donc la présente lettre afin que vous ayez l‘obligeance de me faire connaître la vraie nouvelle à cet effet, pour l’amitié qui existe entre moi et le Gouvernement français.
Le 4 Taghemt 1879 (14 octobre 1886)
Référence ANOM Affaires économiques 20
Pour citer ce document djibouti.frontafrique.org/?doc33, mis en ligne le 19 octobre 2010, dernière modification le 11 novembre 2011, consulté le 18 décembre 2017.

Valid XHTML 1.0 Transitional   CSS Valide !