Tracer des frontières à Djibouti

Hommes et territoires aux XIXe et XXe siècles - Corpus de textes


17 novembre 1884 - Procès verbal d’occupation de Tadjoura
Procès verbal d’occupation de Tadjourah

Aujourd'hui, 17 novembre 1884, nous Lagarde, commandant de la Colonie d’Obock, nous nous sommes rendu à Tadjourah évacué la veille par les troupes égyptiennes. Après avoir constaté qu’il ne restait ni pavillon ni soldats dans la forteresse, en avons pris possession au nom de la France, et y avons hissé le pavillon national qui a été salué de 21 coups de canon.
En foi de quoi nous avons dressé le présent procès-verbal à bord du “Brandon” les jour mois et an que dessus.
Signé : Le commandant de la Colonie d’Obock, l’Interprète d’Obock (Léon Henry)

Vu du bord arborer le pavillon Français à (espace vide) heures du matin
Signé : le commendant du “Brandon”
Il y a les signatures, mais pas de tampons.
Référence ANOM, Traités 7
Pour citer ce document djibouti.frontafrique.org/?doc24, mis en ligne le 19 octobre 2010, dernière modification le 17 décembre 2010, consulté le 18 décembre 2017.

Valid XHTML 1.0 Transitional   CSS Valide !