Tracer des frontières à Djibouti

Hommes et territoires aux XIXe et XXe siècles - Corpus de textes


22 juillet 1970 - Arrêté n° 630 SGZD relatif au franchissement des frontières terrestres, maritimes et aériennes
Art. 1er - Les points de passage officiels des frontières terrestres du Territoire français des Afars et des Issas sont :
Loyada (voie routière)
Guelileh (voie ferrée et voie routière)
Doumeira/Moulhoulé (voie routière)
En dehors de ces points de passage, les caravanes des nomades frontaliers bénéficient d’une tolérance pour franchir la frontière par des itinéraires traditionnels aboutissant à : Ali Addé, Guistir, Assamo, Bondara, As-Eyla, Yoboki, Balho, Dorra, Alaili-Dada, Kabah-Kabah, Atar, Sankal, Assa-Gueilah.

Art. 2 - Toute personne franchissant la frontière à l’un des points de passage soit officiel, soit toléré, devra se présenter dans les quarante-huit heures à la brigade de gendarmerie ou au poste du Groupement Nomade Autonome le plus proche.
Art. 3 - Le port de Djibouti est le seul port du TFAI ouvert au traffic international.
Art. 4 - L’aérodrome de Djibouti est le seul terrain d ‘aviation du TFAI ouvert au traffic international.
Art. 5 - Le présent arrêté, qui prendra effet à compter du 1er août 1970, sera enregistré, publié au Journal Officiel du TFAI et communiqué partout où besoin sera.
Le haut-commissaire, Dominique Ponchardier
Référence Journal Officiel du TFAI, 25/7/1970
Pour citer ce document djibouti.frontafrique.org/?doc234, mis en ligne le 20 novembre 2010, dernière modification le 23 novembre 2010, consulté le 16 décembre 2017.

Valid XHTML 1.0 Transitional   CSS Valide !