Tracer des frontières à Djibouti

Hommes et territoires aux XIXe et XXe siècles - Corpus de textes


31 août 1946 - Arrêté n° 1060, portant réorganisation des circonscriptions administratives
Art. 1er - Le territoire de la Côte Française des Somalis et Dépendances est divisé en 3 circonscriptions administratives appelées Cercles :
- le cercle de Djibouti
- le cercle de Dikkil
- le cercle de Tadjoura
Le cercle de Djibouti englobe le poste administratif d’Ali Sabieh
Le cercle de Dikkil ceux de Dawano et d’Asseyla
Le cercle de Tadjoura celui d’Obock et le secteur nomade de l’Alta
Les Chefs-Lieux des 3 Cercles sont respectivement Djibouti, Dikkil et Tadjoura.
Art. 2 - Les limites entre les trois cercles sont définies comme suit :
1/ Entre les cercles de Djibouti et de Dikkil une ligne brisée partant de l’embouchure de l’oued Ber Eyla sur la côte sud du golfe de Tadjoura (à 6 kms ouest du ras Eire), joignant dans l’ordre les points :
- cote 650 (5 Km ouest de l’Arta)
- cote 780 (mont Anod, 6 km sud-est de Oueah)
- cote 883,3 (mont Eyrole)
- cote 864 (mont Goulemi-Meulélé)
- cote 615 (entrée de la piste d’Ali-Sabieh, dans le Bara-Ouin)
- cote 1003 (mont Aroa, 7 Km nord-ouest de Daouenle)
et prolongée en direction de la cote 1054 (4 km sud de Daouenle) jusqu’à la frontière.
2/ Entre les cercles de Dikkil et de Tadjoura, une ligne brisée partant du fond de l’anse Gabrielle (2 km nord-ouest du Gueni Koma, dans le Ghubet-Kharab), joignant dans l’ordre les points :
- puits de Guiba Boule (pointe sud du lac Assal)
- cote 990 (Ablissi Bara)
- cote 1065 (4 km nord-ouest de la plaine d’Eylou)
- cote 634 (signal Gouma SE, à l’est du lac Alli)
et remontant le cours de l’oued Gouma vers le nord-ouest jusqu’à la frontière.
Art. 3 - Les zones attribuées aux postes administratifs sont les suivants :
1/ Ali Sabieh : toute la partie du cercle de Djibouti se trouvant au sud de la ligne joignant les points : cote 780 (mont Anod), viaduc de Chebele, signal cote 194 (Guissy), cote 209 (Goubet) et prolongée jusqu’à la frontière dans l’alignement Guissi-Goubet.
2/ Asseyla : la partie sud-ouest du cercle de Dikkil comprise entre le lac Abbe, la frontière sud du territoire et la ligne partant de l’embouchure de l’oued Ouara Kounta (lac Abbe), joignant dans l’ordre les points : signal de Karbilhi, cote 431 (2 km nord du signal Dixa-Dere), cote 389 dans l’oued Dourdour et prolongée jusqu’à la frontière en direction de la cote 566 (Mororo).
3/ Dawano : la partie du cercle de Dikkil se trouvant au nord-ouest de la ligne brisée définie par les points : embouchure de l’oued Gabaita (lac Eudoumi Bada), mare d’Arougo, mare d’Asseian-Goula, cote 238 (Kouteli), signal de Garbes (cote 392), cote 987 (Baba Alou), cote 251 (4 km sud-est de Bougbougto), cote 990 (Ablissi Bara).
4/ Obock : la partie du cercle de Tadjoura à l’est de la ligne partant de Dadato (oued Weima) remontant le cours des oueds Weima, puis Barri jusqu’au puit de Mandi, joignant en droite ligne ce point au puit de Massaiaia dans l’oued Dallai, et suivant le cours de cet oued jusqu’à la mer.
Art. 4 - Les îles Waramous, Maskali et Moucha sont rattachées au cercle de Djibouti. L’île des Boutres est rattachée au cercle de Dikkil. Les îles du Ghubet-Kharab, des Djeziret Seba et de Doumeira sont rattachées au cercle de Tadjoura.
Art. 5 - Chaque Commandant de Cercle administre les habitants des aglomérations de son Cercle et les tribus nomadisant dans sa circonscription.
En ce qui concerne les nomades :
- le Cercle de Djibouti administre plus spécialement les tribus Issa de la région Oueah-Arta, les Binindjog (centre Holl-Holl) et les Assadjog (Centre Ali-Sabieh);
- le cercle de Dikhil (sic) administre plus spécialement :
1/ les tribus Issa Djamagarato (nomadisant entre Oueah et Obono) et Quottondjog (nomadisant dans les montagnes entre Dikkil et Ali Sabieh;
2/ les tribus Adohyamara Debné et Adorassou;
3/ les tribus Assahyamara Data Galaela, Hadolita, Adkalto, Oloto, Wandaba, Madima et Olotok-Modaito nomadisant en territoire français.
- le cercle de Tadjoura administre plus spécialement :
1/ les tribus Adohyamara des anciens sultanats de Tadjoura et de Raheïta;
2/ les tribus Assahyamara Ablissa, Goumbar, Gafra et Olotok-Madima nomadant en territoire français.
Art. 6 - A la tête de chaque cercle est placé soit un fonctionnaire civil, en principe administrateur des colonies, soit un officier hors cadres.
A la tête de chaque poste administratif est placé un officier ou sous-officier hors cadre, ou un fonctionnaire civil.
Les affectations de ce personnel seront prononcées par le gouverneur par voie d’arrêté ou de décision.
Art. 7 - Les chefs de poste administratif et de secteur nomade relèvent du commandant de cercle.
Le commandant de cercle est placé sous l’autorité du directe du Gouverneur.
Art. 8 - Le commandant de cercle est responsable de la police et de la sécurité dans l’ensemble de son territoire. La répartition des forces de police entre les circonscriptions est fixée par le Gouverneur.
Art. 9 - Le présent arrêté aura effet à compter du 1er septembre 1946. Il abroge toutes dispositions antérieures contraires et sera enregistré et publié au Journal officiel de la colonie.

Note annexée à l’arrêté
“Pour toute expression géographique, cote, nom de lieu, etc., se référer à la carte en couleurs au 1/200.000 de la CFS publiée en 1939.
Pour faciliter les recherches, l’orthographe des expressions géographiques mentionnées dans l’arrêté est conforme à celle employée pour l’établissement de la carte.”
Référence Journal officiel de la CFS
Pour citer ce document djibouti.frontafrique.org/?doc211, mis en ligne le 20 novembre 2010, dernière modification le 19 juin 2011, consulté le 19 septembre 2017.

Valid XHTML 1.0 Transitional   CSS Valide !